MERCEDES HOTTAT

Après la mode, la photographie, la peinture. le besoin de laisser venir la forme, de travailler directement avec la terre et celui d’intérioriser le dehors, d’assembler le dedans, d’épurer, rejeter, simplifier.

Et avec rigueur et proximité, laisser advenir, un élan, une force, un essentiel.

Pour ensuite, émailler la forme, ouvrir le four et découvrir, comme avec le papier photo dans le révélateur, de la nuance, de l’inattendu, de l’unique.

Oeuvres en terre, argile, kaolin, plâtre, porcelaine…